Tant pis !

27 mars 2017 - 678 vues

Tant pis !


« Et il y avait à l'entrée de la porte quatre hommes lépreux, et ils se dirent l'un à l'autre : Pourquoi sommes-nous assis ici jusqu'à ce que nous mourions ? » 2 Rois 7/3 (Version Darby)

Ces quatre hommes à la porte avaient faim et selon la loi leurs vies n'avaient guère d'importance car ils étaient impurs. Plus de vie de famille, impossible pour eux de rentrer à la ville. Ils n'avaient guère le choix. S'ils rentraient, ils étaient chassés et de toute façon la famine se trouvait aussi dans la ville. Rester dehors à la porte ou rentrer ne changeait en rien leurs destinées.

La mort était certaine dans les deux cas, mourir de faim...

Il nous arrive parfois dans nos vies de connaître des situations tellement difficiles, que nous ne voyons rien, aucun choix qui nous aiderait à nous en sortir, aucune issue convenable. Tu prends à droite, ce qui t'attend est pire et si tu prends à gauche ce n'est guère mieux, alors comment faire ?

Attendez, il ne faut pas désespérer, il y avait une veuve à Sarepta qui connaissait une situation semblable. Elle savait qu’avec la farine qui lui restait, elle pouvait faire un dernier pain pour elle et son fils, avant d'attendre la mort, car elle n'avait plus rien. Mais son autre choix était de faire le pain et le donner à Elie.

Ensuite ils seraient trois à mourir de faim. Drôle de choix !

Et quoi dire alors d'Abraham qui a du choisir de donner son fils qu'il avait tellement attendu. Il ne savait pas s'il allait le perdre ou repartir avec, mais il alla au lieu du sacrifice avec lui et il prépara l'autel pour le faire.

Alors, se dire tant pis et se décider à faire le saut qui nous mènera peut être à la mort ? C'est difficile, mais pour ceux qui sont sous le regard du Dieu Tout-Puissant, c'est comme sauter avec un parachute qu’on ignore et qui se déploie seulement quand nous sautons dans le vide.

Faire confiance à Dieu malgré ce que nos yeux terrestres voient, c'est une épreuve difficile mais qui nous ouvrira la porte à des bénédictions que l’on n'attendait pas du tout !

Les lépreux ont eu à manger en abondance, et ils ont même partagé avec ceux qui les maintenaient à la porte de la ville. La veuve de Sarepta a eu à manger pour elle et son fils jusqu'à la fin de la famine dans le pays. Abraham a trouvé un bouc pour le sacrifier à la place de son fils et dans le même temps, il a pu prouver à l'Eternel son obéissance.

Osons aller plus loin que ces circonstances de la vie qui voudraient nous empêcher de voir la délivrance, la bénédiction que notre Père a préparée pour nous. Malgré l'envie que nous pouvons avoir de laisser tomber et nous assoir pour attendre la fin, ayons le courage de faire le pas, allez courage !

Soyez sûre que notre rédempteur a préparé une sortie, même si ce n'est pas celle que vous vouliez.

Myriam

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article