Une suite qui dérange

346 vues
Télécharger le podcast

Il y a onze ans, l'ex vice-président des États-Unis, Al Gore introduisait le changement climatique au cœur de la culture populaire avec Une vérité qui dérange, qui avait reçu l'Oscar du meilleur film documentaire. Onze années durant lesquelles il a continué de se battre pour offrir un avenir durable à notre planète. Aujourd'hui il nous présente une suite qui dérange : Le Temps de l'action. En sortie dans les salles le 27 septembre.

Infatigablement, l'ancien vice-président Al Gore poursuit son combat, sillonnant la planète pour former des adeptes de la cause climatique et tenter d'influencer la politique internationale en matièred'environnement. Ondécouvre Al Gore en coulisses, dans des moments de sa vie privée et lors d'apparitions publiques, tour à tour drôles et poignants Car si les enjeux n'ont jamais été aussi vitaux, les dangers liés au changement climatique peuvent être surmontés grâce à l'ingéniosité et à l' enthousiasme des êtres humains.

A travers ce film, Al Gore vise deux objectifs : nous alerter pour nous mettre en action.

L'écosystème de la planète et le bien-être de l'humanité sont en jeu :

-Les températures sont en constante augmentation. Résultat : des pluies torrentielles cataclysmiques et des inondations record. Les tempêtes tropicales et les ouragans ont provoqué descatastrophes en chaîne et entrainé des victimes et des dégâts matériels considérables ax Etats Unis et dans le reste du monde. Irma en est une preuve récente.

-La quasi-totalité des grands glaciers de la planète continuent à fondre et l'océan glacial arctique se produit rapidement.

-Le taux de CO2 dans l'aire a dépassé le seuil critique de 400 ppm en mars 2015.

-D'innombrables crises internationales sont aujourd'hui scientifiquement liées au changement climatique, y compris la destruction de la biodiversité mondiale.

-Le coût économique des dérèglements climatiques ne casse de croître.

 

Le second objectif est de montrer que les choses avancent :

-Les investissements mondiaux dans la production d'électricité renouvelable dépassent à présent les énergies fossiles.

-Le solaire et l'éolien ont dépassé toutes les attentes et croisent à un rythme exponentiel.

-Ce sont le pays en développement qui connaissent la plus forte croissance des énergies renouvelables.

-L'accord de Paris sur le climat de 2015, qui a mis des décennies à être conclu, est l'une des grande réussites internationales de notre époque.

 

Selon Al Gore, L'accord de Paris de décembre 2015 a constitué un vrai tournant.Ses dispositions, aussi importante soient-elles, ne sont évidemment pas suffisantes.Mais l'accord a jeté les bases d'un tout nouveau dispositif mondial : il permettra d'adopter des mesures qui empêcheront les dérèglements climatiques d'atteindre un point de non-retour et nous engageront sur la voie d'un redressement qui prendra du temps...Dans le même,ces mesures créeront des dizaines, voire des centaines de millions  de nouveaux emplois grâce à la mise en place d'une économie mondiale durable fondée sur les énergies renouvelables,une agriculture respectueuse de l'environnement, une exploitation responsable des forêts, et la modernisation des habitations partout dans le monde.

Jean Jouzel, climatologue et glaciolgue français témoigne :

« Je me souviens du 12 décembre 2015 : il a fallu attendre le milieu d'aprés-midi pour qu'à l'issue de longues et éprouvantes négociations, Laurent Fabius abatte son marteau et scelle l'accord de Paris. Al Gore est au premier rang, ému et enthousiaste et c'est une des grandes images fortes de son nouveau film Une suite qui dérange : Le temps de l'action. J'étais également au premier rang, à quelques mètres d'Al Gore, tout aussi ému et enthousiaste et avec une certaine fierté que ce premier accord universel sur le climat ait été conclu à Paris »

 

Au journaliste qui lui demande :

« En voyant le film, on a le sentiment que vous vous imposez comme une figure importante en ayant tourné la page de votre carrière politique.on sent que vous avez une capacité innée à vous mettre au service de la collectivité.Avez-vous le sentiment que votre action en matière de lutte contre le réchauffement climatique est aussi satisfaisante qu'aurait pu être un mandat électif? »

 

Al Gore répond :

« Je ne me suis jamais menti en niant le fait que le président des Etats-Unis est l' homme le mieux à même de provoquer des changements des le monde. Mais comme je n'ai pas accédé à cette fonction, je peux dire que j'ai été très heureux de trouver d'autre moyens dêtre au service des autres autres et de contribuer à la cause climatique.Je ne pourrais jamais abandonner mon engagement en faveur d'une résolution de la crise climatique. C'est un combat que je mène depuis longtemps et que je continuerai de mener jusqu'à mon dernier souffle. » 

 

« Au moment d'aller vous coucher, qu'est-ce qui vous donne le plus d'espoir pour notre planète, en dépit de tous ce que vous savez de la fragilité de notre situation? »

« Je reste extrêmement optimiste, et plein de gratitudes, en pensant aux milliers d'ambassadeurs du climat qui, tous les jours, tentent de sensibiliser les populations du monde entier à la crise climatique et rencontrent des responsables politiques locaux, régionaux et nationaux pour qu'ils s'engagent à tout mettre en œuvre pour résoudre la crise. Dans le même temps, ils créent des emplois et contribuent à rendre l'air et l'eau plus purs. 

Ce qui me donne de l'espoir, c'est de savoir que tant de gens sur cette planète font des gestes concrets au quotidien. »

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article